Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les divagations d'une orchidoclaste

Bienvenue dans le monde de divagations, de rêveries, de râleries sans filtre ni retouche d'une maman parisienne infirmière expatriée en Bretagne et désormais en PACA. Tu verras c'est pas mal, enfin j'crois, tu m'diras.

Une escale à Roissy-CDG

Publié le 27 Novembre 2014 par Elodie - Charlotte Divague in Escale, Roissy-CDG, Paris-Brest

C'est tout naturellement que je vais prendre les touches de mon clavier une à une pour vous causer un peu de mon départ depuis Nice jusqu'à mon passage et ma bonne escale à Roissy CDG, terminal 2F.

Au depart de Nice, dernière heure avec mon petit frère. Le temps de se griller quelques clopiots et de discuter après être allez chercher un bouquin pour la route. Muchachas de Pancol sera parfait (j'ai bien pris le Num 1 et non cette fois je ne me les fais pas dans le désordre :D)...

C'est toujours avec beaucoup d'émotions que nous nous laissons. J'aime pas les "au-revoir", les accolades. Non pas que je trouve ça ridicule juste que moi je n'aime pas ça, ça me fout le cafard. Après je pleure et là je ne veux pas pleurer.

C'est surtout qu'avec les années je sais ce que je peux faire ou ne pas faire. Alors on s'embrasse et on se dit à bientôt, en sachant que le à bientôt n'est pas loin et que dans un mois on se revoit. Lui non plus il n'aime pas ça. Un "on s'appelle!" et je me dirige vers les escaliers pour passer les "postes de sécurité". Je ne me retourne pas et je sais que lui en fait de même.

Enfin bref, en route donc vers Paris je remets Clapton dans mes oreilles et attends patiemment, chaudement de monter dans l'avion.

Une fois en place à côté de mon hublot, choisit la veille (pratique de pouvoir s'enregistrer avant), je dégaine mon tel pour immortaliser un peu ce décollage au dessus de la côte. C'est superbe et le soleil arrose la mer de ses plus beaux rayons.

Une escale à Roissy-CDG

Un peu plus d'une heure après, je retrouve mes parents a l'arrivée avec une pancarte ^^! Ca c'est sympa ^^!!! Sentiment de revenir d'un périple incroyable :D. Quoique c'est pas loin d'être ça ^^!

Moi qui fait suer tout le monde avec mes ballons et mes pancartes... Ils l'ont fait ! Ils sont trop forts Paz et Maz.

Une escale à Roissy-CDG

Un café chez Paul, échange de savons contre casse croûte, je perd quelques grammes dans mon sac que je remplace par une petite bouteille "Elodie" de Coca Light (s'il vous plait ^^! Merci les parents ^^! Ça déculpabilise des restau quotidiens sur la côte ^^), un casse-croûte made in Maz, un peu de sucré et une pomme, surement parce que ça nettoie un peu les dents et en plus c'est bon pour la santé. Alors, pourquoi se priver ?!.. Et un bouquin.

Après nous montons tous les trois vers la zone d'embarquement, histoire de repérer ! Chose faite, c'est l'heure de mon clope et de prendre un peu d'air parisien dans les narines pendant que Paz et Maz ne résiste pas à l'appel de la superbe vitrine Ladurée. Maz me rejoint, on échange quelques mots et Paz arrive ensuite. Il n'y a plus qu'à. Après cela on se refait un bisou et ils repartent en me laissant installée tranquillement. Je ne veux pas passer de l'autre côté tout de suite, il me reste une petite heure pour flâner, observer, m'imprégner de cet endroit que je découvre pour la première fois seule.

Et puis me laisser tenter aussi par quelques gourmandises aux couleurs vives qui craquent sous la dent mais fondent dans la bouche. Aux goûts plus que respectés, à l'alliance entre les saveurs, à mon palet qui détecte ce petit bonheur. Bon oui oui, autrement dit j'ai pris aussi quelques macarons :D et plus que craqué chez Ladurée mais c'est ça aussi ces petits bonheurs qui n'ont pas de prix, qui se dégustent et vous emmènent un peu loin de tout.

Une escale à Roissy-CDG

Là, avec mon sac de 12kg tout rond sur l'épaule je parcours ce long terminal, je sors, j'entend sans écouter ces accents qui viennent ponctuer le français. Ça cause français avec divers accents régionaux, allemand, anglais, italien, espagnol, hollandais et d'autres que je ne connais pas.

En face de moi deux amies, deux sœurs peut être, je ne sais pas, se chamaillent en riant.

Un instant nostalgique, elles profitent de ces derniers moments ensemble comme si elles n'allaient pas se revoir avant une paire de jours. Elles se disent de jolies choses alors que l'accompagnant paternel s'éloigne pour leur laisser un peu d'intimité. Dernières photos, derniere éclats de rire et il faut embarquer pour celle qui part, dernière accolades entre elles, derniers baisers et...elles pleurent toutes les deux.

C'est pour ça que j'aime pas les au-revoir que j'me dis a cet instant mais je me dois de reconnaître qu'elles étaient pleine d'amour, de vie, de vérité.

Un instant de mélancolie en repensant alors à Béouhh qui n'est plus là et qui me manque tellement quotidiennement. Continuer à avancer et vivre pour elle de jolies choses.

Un peu plus tard un couple un peu plus âgé attend qu'on vienne le récupérer. Madame laisse monsieur avec le paquetage et s'en va virevolter dans les allées de la grande galerie. Monsieur patiente et est rassuré de la voir revenir après un petit moment.


Moi, j'essaie de me canaliser sur mon bouquin quand je me rend compte que le temps passe, file, mais quelle heure est il ? Ai-je encore un peu de temps ?

Oui je suis plutôt large même. C'est à ce moment la que je me décide à grignoter le sandwich poulet de maman. L'ouverture de mon sac libère l'odeur agréable de ces savons made in Villefranche. J'entend sous mon reflex le claquement des pâtes made in Italie. De beaux souvenirs. J'observe alors autour de moi si d'autres tout comme moi s'imprègnent de leurs souvenirs de croisades.

Les jeunes qui autour d'un café matent leurs photos sur leurs smartphones, les couples enlacés qui se chuchotent à l'oreille du romantisme guimauve ou qui sait...

Ceci étant tout le monde semble emplit d'une espèce de zénitude, de bien être, de bonheur bien que parfois souvent les sourires laissent place aux yeux humides et rouges.

Voyage synonyme de nouveau départ, d'évasion, de retrouvailles, de boulot (est-ce que ça sent le savon et des odeurs d'ailleurs dans les besaces dans ce cas là ?!), de retour à la maison ou de séparation, mais voyage tout de même et départ quoiqu'il advienne. Alors, tout ce micmac laisse aux militaires accrochés à leur arme (vigipirate oblige) une drôle d'impression peut être, aux premières loges d'un théâtre émotionnel riche et intense, ils doivent en voir eux aussi bien des choses.

C'est vers 20h15 et après un dernier clope que je me décide à allez ôter ceinture, bracelet, bottines, téléphone et tout le toutim pour passer la sécurité de la zone d'embarquement.

Je vous passe bien sûr l'effet top glam avec mes bottines montantes version doc Martens aux pieds non lassées bah oui fallait les enlever, le sac lourd, trop lourd sur l'épaule, le sac a main en bandoulière, le manteau dans les bras à bien évidemment partir vers les mauvaises portes pour m'apercevoir que non ce n'est pas à droite qu'il faut aller mais à gauche... Je le savais pourtant je le savais je me suis fais avoir sur le premier trajet, grrrr, bref...

Note pour plus tard :

- Opter pour la valise à roulettes qui de visu est bien plus pratique, Paz a raison - comme d'habitudeuhhhhh,

- Éviter aussi la petite robe noire tres mignonne mais pas adéquat pour ce genre d'aventure,

- Poursuivre à plat, je suis ravie de ces bottines made in Italie qui en plus d'être plates sont top confort ^^! Et puis en talon je l'avoue passer quelques kilomètres ou une journée je galère et ne pense qu'à mes chaussures de rando :D...

De l'autre côté de nouvelles boutiques, chic chic alors, c'est le cas de le dire ^^!

Mais que vois-je à ma droite...

La boutique Hermès, incontournable pour les amoureuses des foulards, trop bien !!! Bon ok on repassera pour un nouveau carré de soie. Ce soir la soie ne veut pas de moi à moins que ça ne soit l'inverse ?!... Ou bien ma raison ?!.. Je n'ai pas percé le mystère.

Ceci étant un peu de lèche vitrine de rêve n'a jamais fait de mal à personne alors je ne m'en prive pas.

Ohhhh mais que vois-je oh loin juste avant les toilettes ?! Une petite boutique avec des boîtes trop mignonnes en métal, un peu effet capitonnées, et dessus chats et Tour Eiffel... Bon allez n'en déplaise au carré de soie qui voulait pas de moi je repars avec une nouvelle boîte, une boule à neige, des cartes postales et trois Tour Eiffel.

So kitch : m'en fous !!!

C'est alors que : Shiiittt il va falloir caler tout ça dans le sac déjà bien remplie maintenant !!!
Bon en attendant de me pencher la dessus me voilà partie à discuter avec la vendeuse de la fameuse boutique. On cause conditions de travail, horaires de travail, difficulté, on se refait pas :D ! CHSCT sort de ce corps !!!

Ceci étant l'heure se déroule et après avoir échangé sur nos vies respectives je finis par prendre congés avec bien du mal en ayant peur (montre en grève, plus de pile) de louper mon vol.. Comme quoi même en dehors du boulot je ne change pas.

Ceci étant, j'ai pris plaisir à cet échange le premier depuis mon départ avec une inconnue et c'est toujours sympa à vivre. En plus elle avait cet accent des Antilles et elle me parle de sa retraite au soleil qui approche. Gloupsss et la mienne de retraite c'est pour quand déjà ? M'enfin, il y a le temps de se poser ce genre de questions. Moralité une rencontre sympathoche.

C'est qu'il fait soif maintenant et je me suis bien évidemment déjà enfilé mon 1/2L de coca light. J'ai le choix alors : opter pour la petite bouteille d'eau dans le distributeur ou attendre le café/thé de l'avion...

Bon allez soyons folle, lançons nous en quête de la pièce de 2€ bien sûr, au fond du sac a main dans le porte monnaie et non le portefeuille, grrrr pourquoi est-ce que bien que tout soit au bon endroit cela semble si compliqué de toper le bon objet du premier coup en deux coups de "bout des doigts" de repérage...

Bon, ça y est je l'ai, plus qu'à la mettre dans le distributeur qui me la recrache !!! Aaahhhh, folle envie d'abandonner l'idée quand en me baissant en pliant les genoux (oui oui comme une vraie fille en robe) je manque de tomber, les quatre fers en l'air, emportée par mon sac de voyage.... Mais, non-non je ne m'avoue pas vaincu par une machine surtout après avoir fais un magnifique rattrapage tout en souplesse et lâché quelques jurons mais juste pour moi pas trop fort bien sûr... So Girly ou pas !!

Ai enfin la bouteille d'eau froide m'élance vers les bancs d'attente et m'assois alors un peu pour rassasier l'oesophage sec qui me rappelle à l'ordre.

Là je n'ai finalement que peu de temps pour observer quoique se soit. L'attente est là, les gens écoutent ce qui se dit dans les hauts parleurs, regarde leur carte d'embarquement.

Me viens la folle idée de faire des transferts de sac pour caler les derniers achats...

Tic tac tic tac le lapin d'Alice le retour (on se refait pas) et toute la gym intellectuelle avec à coups de si je mets 6 savons dans mon sac a main je peux caler les Tour Eiffel, la boule a neige et la boîte. Et, en mettant les cartes dans les bouquins ça leur offre un étui de protection sympathique.

Ça c'est tout bon.

Reste plus que les macarons à caser... Hmm réfléchissons deux minutes... Bon en déplaçant le reflex ça passe peut être. Bon alors affaire de toilettes déplacées dans les poches latérales avec la boîte métallique et les Tour Eiffel. Le reste, je termine par une partie de Tetris que je gagne sans trop de difficultés... Quoique..

Dernier coup de Ziiiipppp et c'est bon, prête à monter à bord emportant avec moi ces souvenirs que je cale dans un coin de ma tête pour ne pas les oublier...

Une escale à Roissy-CDG

Dans un peu plus d'une heure je retrouve Brest, là bah tout a l'ouest, là où la terre se finit, remplie de soleil, de saveurs, de senteurs, de bonnes émotions, de joies et de rires et ça, ça vaut bien une belle escale, un sac trop lourd et toute cette aventure !!!

Commenter cet article

Maxime 27/11/2014 15:49

Coucou Élodie !
Quel plaisir de lire ce texte, on s'y croirait !
Les descriptions sont très justes, suffisamment nombreuses pour nous faire ressentir ton aventure sans jamais nous fatiguer.
Et je ressens exactement la même chose que toi concernant les départs, les au revoir, avec ma soeur c'est exactement pareil. Ce passage m'a beaucoup touché, car l'éloignement est également quelque chose que je connais depuis peu... Mais ça c'est une autre histoire :)
En tout cas je voulais juste te dire que j'ai pris énormément de plaisir à lire ce billet et je m'impatiente de lire la suite :)
À bientôt !

Elodie - Charlotte Divague 27/11/2014 20:03

Hey!!!

Quel plaisir un tel commentaire ^^!
Pas évident les séparations et la distance mais parfois nécessaire. Comme dirait notre bon roi Arthur dans Kaamelott "j'aime pas bien ça".
Je suis contente que mes description et mon écrit permettent de lire avec plaisir et de passer un bon moment, c'est le plus beau des compliments.
Il y aura des suites ma première découverte des nuages, mon aventure à Villefranche, et puis j'ai du retard sur mes aventures bretonnes notamment à Carnac et une petite promenade en forêt ^^!
A très vite donc ^^!