Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les divagations d'une orchidoclaste

Bienvenue dans le monde de divagations, de rêveries, de râleries sans filtre ni retouche d'une maman parisienne infirmière expatriée en Bretagne et désormais en PACA. Tu verras c'est pas mal, enfin j'crois, tu m'diras.

Toutes mes dents (pour le moment..) et, et....

Publié le 24 Juin 2013 par Elodie - Charlotte in Des nouvelles du quotidien ...

 Il y a encore peu de temps je n'avais pas ce genre de signe annonciateur du déclin qui, paraît-il, nous touche dès l'âge de vingt cinq ans. Et oui après une courbe grimpante jusqu'à cette cible, elle chute, et de plus en plus à la différence de celle du chômage [arf arf]...

Jusque là, je pouvais encore crâner [absolument pas!!] avec ma couleur naturelle [ou presque] sans craindre les rayons du soleil ni le vent qui s'enroule dans ma crinière... Oui, bien sûr, mais ça c'était avant !!! Avant la retombée de ma courbe des âges... Pour me rappeler à l'ordre ?!..

Alors il y a cette citation de Khalil Gibrant qui me rassure [un peu] : "N'oubliez pas que la Terre se réjouit de sentir vos pieds nus et que les vents joueraient volontiers avec vos cheveux", avec ou sans nid donc ^^... Ouffff Sauvée !!!

Alors que gentille, ma coiffeuse me rassure, lors de mon dernier passage chez elle, de l'absence de décoloration spontanée, il m'est apparu tout un nid... Mais pas n'importe où le nid... Juste sur le devant de la tête, à la racine, sur un bon centimètre voire même plus !! Oui oui, pile là, au niveau de ma frange portée fièrement depuis des lustres (et on n'insiste pas sur le côté lustré s'il vous plaît!!).

Autant vous dire que je ne pouvais bien évidemment pas le louper. Il me lorgne triomphant pendant que je me hâte à faire mon brushing. Ne me manque plus que les corbeaux qui s'envolent et on y est. Bienvenue dans le monde merveilleux de Burton, un petit côté Beetlejuice peut être, mais pas dans le costard...

C'est qu'il me regarde en plus ce satané nid, je peux presque dire de haut d'ailleurs ! Prétentieux !

Bon, une hésitation plus tard je me décide à le laisser à sa place. Après tout il m'a l'air bien... NON !!! Je ne craquerai pas, trêve hivernale terminée et l'été pointant le bout de son nez, il restera là et puis c'est tout... En plus il semblerait que si on les arrache ils se reforment puissance dix [au moins ça !!!]... 

Il faut bien que je me fasse une raison... 

 "Même si votre mère vous trouve parfaite, elle aura toujours besoin de replacer l'une de vos mèches de cheveux" (Suzanne Beilenson), nous rassurant, [ou pas ^^]au passage... Il paraît que c'est héréditaire alors si je fais une rétrospective, effectivement, il semblerait que ce soucis capillaire n'ait pas sauté une seule génération... 

Bien sûr que ce n'est pas grave et bien sûr qu'il y a pire dans la vie mais, [évidemment qu'il y a un MAIS] il faut l'accepter ^^. "Le temps sur nos cheveux jette du sucre en poudre" (Tristan Derème), un petit côté poivre et sel en somme... Il est vrai que je ne m'étais jamais forcément imaginée vieillir et balayer les années d'un revers de chevelure brune jusqu'à la fin mais c'est vrai que si j'avais pu passer les années avec une brindille blanche et non pas tout un nid ça aurait été plus sympa... 

Et dire qu'il y a encore un mois et demi il n'y avait rien, nada, walou...


Ces-moments-inedits--. 3380

 

Ahhhh damned ! Sauf si il y avait déjà quelques prémices... D'où le reflet "auburn" ou "châtaigne"... Peut être pour éviter un "effet mèches" seulement par endroit ?

Non j'exagère, juste un peu... Paranoïa sort de ce corps .. On m'a dit l'inverse !? On m'aurait menti ?! A l'insu de mon plein gré ?! 

J'ai la solution, je garde ma coupe, je garde ma plume, je fais faire un joli ton sur ton au niveau couleur [en croisant les doigts pour que ma racine, oui oui,  juste au niveau de la frange ne soit pas plus claire que le reste...] et j'attend de voir si mon nid, grâce ce stratagème, ose repointer le bout de son nez, [gnac gnac gnac, je l'aurai un jour, je l'aurai, ou je l'accepterai]... 

Bon, en attendant, j'ai rendez vous la semaine prochaine chez ma coiffeuse ^^, "c'est d'ailleurs l'un des pièges de la coquetterie : soigner ses cheveux, c'est se préoccuper de l'aspect que l'on a de dos" (Michel Tournier). Ou alors c'est se préoccupper de l'aspect que l'on a de nous même, juste là, face au miroir. De l'image que nous nous renvoyons, d'un bilan que l'on fait sans vraiment y penser [sur le coup], c'est le temps qui passe sans que nous y prêtions une attention particulière. C'est là que je regarde sur mon permis de conduire et que je me rend compte que j'en suis titulaire depuis sept ans. C'est regarder Minority Report et réaliser qu'il est sorti depuis onze ans, Titanic depuis seize, etc etc, je ne vais pas tout dénombrer ici...

"Quels sont les cheveux noirs qui ne changent jamais?" (Sie T'iao), je vous le demande ^^. Il me faut l'accepter, et bien que je dénombre encore toutes mes dents, je prends des kilomètres au compteur et quelques cheveux blancs [pour le moment]

 

Commenter cet article

Petitjean 24/06/2013 18:55


Ton texte est magnifique et dur Elodie ! Toujours autant de sensibilité dans tes tournures de phrases et dans tes séquences de phrases. J'aime sincèrement ta façon de manier la langue française.
Dur juste dans le sens où tu es jeune et belle et ce quoiqu'il en soit du nombre de cheveux blancs qui vient à toi. Ta nouvelle coupe te va tellement, j'en suis resté scotché tel un Vincent
Lindon dans ... le film que tu sais. Je n'irais pas plus loin car je suis sur ton blog, mais tellement heureux que tu ai retrouvé l'inspiration. Reste toi. Je te soutiendrais toujours dans tout.
Ton écriture est belle, ta plume aussi, comme toi